• Je te hais parce que tu m’as blessée, tu m’as détruite et anéantie.
  • Moi je te voyais comme un deuxième père, mais tu m’as trahie.
  • Au début, tu me disais même que ce que tu me faisais était bien et que si je t’aimais, je garderais notre secret. 
  • Ce que tu m’as fait était inacceptable, tu n’avais pas le droit de te servir de moi ainsi. Tu as détruit ma confiance et ce, à jamais. Je ne cesserai de te haïr que lorsque je verrai un muet dire à un sourd qu’un aveugle le regarde (donc jamais!).
  • Tu as détruit une partie de moi que je ne pourrai jamais récupérer, tu m’as enlevée quelque chose de précieux et cette chose tu l’as également enlevé à ma mère. Tu n’avais pas le droit mais tu l’as fait. Tu es égoïste mon oncle, tu savais pourtant que je n’étais qu’une enfant.
  • Je ne comprendrai jamais pourquoi tu nous as fait ça à ma mère et à moi. J’espère que tu souffres, mais malgré tout ce que tu m’as fait, je ne voudrais pas te voir mort, car la vie te montrera tôt ou tard que ce que tu as fait était mal. Adieu. »
  • Anonyme
pTemoignageSuivant

Statistiques

Ministère de la sécurité publique du Québec 2014-2015

Près de 90% des agressions sexuelles ne sont pas déclarées à la police.

soutien-en-ligne-en-direct-deux soutien-en-ligne-en-direct-un rayonActive