Depuis déjà plus de huit ans, plusieurs organismes du Lac-St-Jean se mobilisent pour contrer l’utilisation des drogues du viol.

Ces dernières sont employées dans le but de commettre des agressions à caractère sexuel.

Lors des premières campagnes de prévention, le message véhiculé s’adressait majoritairement aux femmes et adolescentes susceptibles d’en être victimes.

Cette campagne visait essentiellement les bars ; endroits où l’on estimait que le risque de subir une telle violence était plus important.

Bien qu’encore aujourd’hui ce genre d’agression puisse se dérouler dans les bars, il est faux de prétendre que les autres endroits sont exempts de danger.

À cet effet, tous les rassemblements où la boisson est accessible sont à risque d’être la cible des agresseurs.

Ceci implique souvent que l’agresseur puisse être une personne connue de la victime.

De ce fait, il devenait impératif pour les intervenants-es que le message de la prochaine campagne s’adresse spécifiquement à l’agresseur.

C’est donc en avril 2012 que le CALACS Entre Elles, le Comité du travail de rue d’Alma, le service d’intervention de proximité de Domaine-du-Roy ainsi que Toxic-Actions de Maria-Chapdelaine, en collaboration avec les tables de concertation en matière de violence conjugale et agressions à caractère sexuel du Lac-St-Jean, se sont ralliés pour tenter de contrer cette problématique.

Un outil de sensibilisation original, percutant et touchant a été élaboré.

Sa mission est de rejoindre les jeunes hommes qui ont déjà pensé à intoxiquer une personne ou qui ont usé de la drogue du viol dans le but d’avoir un rapport sexuel.

pFlecheSuivantUnpFlecheSuivantDeux

Statistiques

Statistiques compilées au sein des CALACS membres 2014

Seulement  10% des femmes portent plainte à la police

soutien-en-ligne-en-direct-deux soutien-en-ligne-en-direct-un rayonActive